Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Agriculteurs : pérenniser la vente en circuits courts

Plébiscitée par les consommateurs, la vente en circuits courts s’est fortement développée pendant la crise sanitaire de la Covid-19. Vous faites partie des producteurs ayant passé le cap ? Quelques conseils pour pérenniser cette source d’activité.

MMA-Agri-vente-directe-897x449.jpg

Au-delà de la vente directe, il peut être intéressant de miser également sur les circuits courts en recherchant des synergies avec d’autres producteurs, artisans ou fabricants.
©stock.adobe.com – Strelciuc

Si le concept n’est pas nouveau, la vente directe et la vente en circuits courts connaissent un véritable regain d’intérêt auprès des Français, soucieux d’éviter les foules pendant la crise sanitaire, et en quête d’une consommation plus responsable. 


Précision : on parle de vente directe et de circuits courts lorsque la transaction est réalisée en direct ou avec un seul intermédiaire. Peuvent être vendus par ce biais les produits frais, comme les fruits et légumes, mais aussi des produits transformés, tels que les conserves, les produits laitiers ou encore le pain. (Source : ministère de l’Économie, de la Finance et de la Relance - https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/produits-alimentaires-commercialises-en-circuits-courts-0) 


Vente directe : comment fidéliser vos clients durablement ?  

Bien plus qu’un simple phénomène de mode, la vente directe aux particuliers s’inscrit dans une tendance de fond qui présente de nombreux avantages : pour le consommateur, mais aussi pour le producteur.

Si vous faites partie des exploitants agricoles ayant déjà adopté la vente directe, vous avez certainement constaté qu’elle vous permettait :

  • De renforcer le lien avec vos clients en leur proposant des aliments locaux, de saison, avec une meilleure traçabilité ;
  • D’obtenir un meilleur prix pour vos produits grâce à la suppression des intermédiaires ;
  • De diminuer le gaspillage en vous affranchissant des contraintes de calibrage (sélection des fruits et légumes selon leur taille ou leur forme, par exemple) imposées par la grande distribution ;
  • De favoriser un mode de distribution plus respectueux de l’environnement en réduisant au minimum la distance séparant le lieu de production du lieu de consommation.

Autant d’arguments qui peuvent vous amener à vouloir pérenniser la démarche au sein de votre exploitation.

Si pendant les périodes de confinement, vous pouviez proposer une offre restreinte ou encore un espace de vente aménagé de façon rudimentaire, il va désormais falloir passer à la vitesse supérieure pour fidéliser vos clients durablement ! Ainsi, pensez notamment à :  

  • Aménager un espace de vente pratique et accueillant qui offre des conditions sanitaires conformes (distanciation physique, gel hydroalcoolique, mais aussi étagères, étals…). Pour plus d’informations sur le sujet, rendez-vous sur le site du ministère du Travail : vous y trouverez des fiches conseils détaillant les mesures spécialement recommandées pour une activité de vente à la ferme ; 
  • Investir dans différents moyens pour faire connaître votre ferme (panneaux signalétiques, publicité, site internet, page Facebook…) ; 
  • Constituer un fichier de contacts pour garder le lien avec vos clients et les informer régulièrement des nouveautés proposées (une newsletter présentant les produits du moment, par exemple).
  • Informer sur vos réseaux sociaux, site internet… des jours et heures d’ouverture, de livraison…

Vente en circuits courts : quand l’union fait la force

Au-delà de la vente directe qui se pratique seul, il peut être intéressant aussi de miser sur la vente en circuits courts ou via des points de vente collectifs. 

Pour mettre en place une synergie avec d’autres producteurs, artisans ou fabricants, différents moyens sont envisageables : 

  • Vous associer à d’autres producteurs ou commerçants de proximité (boucher, fromager, boulanger…) afin de proposer à vos clients des paniers plus diversifiés et plus complets. À ce titre, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre CCI ou de votre CMA pour identifier d’autres professionnels pouvant être intéressés par la démarche ;
  • Rejoindre un magasin de producteurs : la gestion commune d’un point de vente permet de mutualiser les compétences, tout en limitant le temps consacré à la vente du fait du roulement des équipes. Si la variété de l’offre constitue un atout concurrentiel, sachez néanmoins que l’investissement initial (aménagement, équipements…) peut être conséquent ;
  • Commercialiser vos produits par l’intermédiaire d’une AMAP : au-delà d’une bonne visibilité sur les volumes à fournir, vous aurez également une certaine sécurité financière (en général, les clients commandent et règlent leurs paniers à l’avance, souvent sur plusieurs mois). Un atout, mais aussi une contrainte. 
  • Opter pour un drive fermier : le concept du drive fermier vous permet de commercialiser vos produits via une plateforme e-commerce (comme celle du réseau national Bienvenue à la ferme). Après avoir passé commande en ligne, les clients peuvent récupérer leurs achats, à une heure précise, dans un point de retrait de leur choix. 

Que ce soit seul ou à plusieurs, pérenniser une activité de vente directe ou en circuits courts ne s’improvise pas ! N’hésitez pas à vous tourner vers le réseau des Chambres d’agriculture qui pourra vous accompagner dans vos démarches.

.

© Adobestock
Assurance agricole et viticole :
Votre activité bien assurée !

En cas de vol, de vandalisme… Avec la garantie « Dommages aux biens », vous êtes couvert pour les dommages sur vos bâtiments agricoles et les biens assurés qu’ils contiennent(1).

(1) Dans les conditions, limites et exclusions de garanties fixées au contrat.