Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Commerce associé : quand l’union fait la force

Ni franchise, ni succursale, ni intégré, ni complètement indépendant, le commerce associé est une forme spécifique de commerce indépendant, avec ses avantages et ses inconvénients. Voici un tour d’horizon des informations principales à connaître avant de vous lancer et de signer avec un groupement existant.

1326609137

Le commerce associé désigne des groupements d’entreprises indépendantes qui se dotent de moyens et outils communs, mais aussi souvent, d’une politique commerciale commune.
© Kentaroo Tryman – Getty Images

Qu’est-ce qu’un magasin associé… et qu’est-ce qu’il n’est pas

On distingue plusieurs formes de commerces, parmi les principales : 

  • Le commerce indépendant : ici, le commerçant travaille seul, il n’est affilié à aucun réseau ;
  • Le commerce intégré : une entreprise ou un propriétaire détient plusieurs boutiques ;
  • La franchise : le commerçant est dans ce cas de figure un entrepreneur indépendant qui adhère à un réseau piloté par un franchiseur dont il respecte la stratégie et les codes ;  
  • Et le commerce associé. 

Le commerce associé désigne quant à lui des groupements de commerçants indépendants exerçant dans un même secteur d’activité et décidant de mettre en commun leurs forces et leurs moyens (approvisionnement, campagnes publicitaires et commerciales, obtention de financements, assistance). Toutes les filières peuvent être concernées, toutefois le système de commerce associé est plus fréquent dans les secteurs de l’hôtellerie, de l’alimentation, de la restauration, du sport, de l’équipement de la personne ou encore de l’immobilier(1). Parmi ces réseaux de commerces associés, on peut trouver par exemple les enseignes Brico Cash, Big Mat, Intersport, MondoVelo, Leclerc, Intermarché(1)

Comme les franchises, les commerces associés sont indépendants juridiquement, contrairement aux magasins intégrés et aux succursales. En revanche, contrairement aux franchises, où la tête de réseau (le franchiseur) impose ses objectifs et ses stratégies, les commerçants associés partagent les décisions et votent en assemblée générale. 

Ces groupements sont généralement constitués juridiquement sous la forme de commerce coopératif mais d’autres statuts juridiques peuvent exister, tel : 

  • Le GIE (Groupement d’intérêt économique) ;
  • La SA (Société anonyme) ;
  • La SARL (Société à responsabilité limitée) à capital variable.

Commerce associé : avantages et inconvénients 

Comme toute forme d’entrepreneuriat et d’organisation, le commerce associé comporte des avantages et des inconvénients. 

Les avantages du commerce associé

  • La mutualisation des moyens en matière de communication, grâce à une enseigne unique, à des opérations commerciales communes, à des systèmes de fidélisation partagés et à des moyens marketing démultipliés afin de générer et maintenir une notoriété intéressante ; 
  • Des achats à tarifs plus avantageux avec, en général, une centrale d’achats interne. À noter : dans le système du commerce associé, chaque membre du réseau reste libre de ce qu’il souhaite vendre. Il peut également, s’il le souhaite, réaliser une partie de ses achats hors groupement ; 
  • La mutualisation d’outils informatiques, logistique, transport… ;
  • Le partage de bonnes pratiques permettant de faire émerger des solutions efficientes pour chaque membre du réseau, et de rompre l’isolement ; 
  • La mise à disposition de concepts de magasins déjà éprouvés ;
  • L’accès facilité (et moins onéreux) à des conseils juridiques, fiscaux, réglementaires, une assistance comptable

L’ensemble de ces atouts doit permettre aux commerçants indépendants de se renforcer face aux acteurs économiques concurrents de taille plus importante. Le tout en préservant votre indépendance et vos éventuelles spécificités locales.

À noter :

Les réseaux de commerce associé ne portent pas tous le même degré de mutualisation : certains se limitent à la centrale d’achat, qui est le point de départ de nombreux groupements de commerce associé, d’autres vont jusqu’à l’enseigne commune.

Les inconvénients possibles du commerce associé

  • Le coût d’adhésion au réseau, plus ou moins important selon les cas ; 
  • L’investissement en temps nécessaire et obligatoire pour le bon fonctionnement du groupement ; 
  • Des règles de fonctionnement plus ou moins strictes.

Rejoindre un groupement de commerçants : les points de vigilance

Tout groupement de commerçants est régi par des statuts et un règlement intérieur. Ces documents devront être consultés en détail avant de vous lancer.

Si vous souhaitez vous lancer dans l’aventure du commerce associé, les critères de sélection de votre réseau doivent reposer sur :

  • Votre secteur d’activité en premier lieu ;
  • Les règles de fonctionnement. Soyez vigilants en particulier sur les obligations, les exclusivités et la responsabilité en cas de passif ; 
  • Le niveau de services proposé (versus celui que vous recherchez). Par exemple, si vous souhaitez seulement bénéficier d’une centrale d’achat commune, ne vous dirigez pas vers un groupement déployant une enseigne unique ;
  • L’investissement en temps nécessaire au fonctionnement du réseau (participation à des commissions de travail, etc.) ;
  • Le coût d’adhésion/participation au capital ;
  • Les ristournes des excédents d’exploitation (dans le cas d’excédents d’exploitation, le groupement peut choisir soit de les mettre en réserve, soit de les reverser aux associés).

Le commerce associé en quelques chiffres

Selon l’observatoire de la Fédération du commerce associé (FCA), la France dénombrait en 2021 une centaine de réseaux d’enseignes de commerce associé représentant plus de 50 000 points de vente et un chiffre d’affaires de 163 milliards d’euros.

Le commerce associé représente plus de 30% de l’effectif salarié du commerce de détail.

Une autre option : les associations et unions commerciales

Si le commerce associé ne vous tente pas, mais que vous souhaitez tout de même rompre l’isolement et bénéficier d’un effet réseau, vous pouvez aussi vous rapprocher des associations et unions de commerçants de votre territoire. Celles-ci mettent régulièrement en place des opérations festives et commerciales auxquelles vous pourriez vous associer pour animer votre point de vente et attirer de nouveaux clients. Dans de nombreux territoires, ces organisations sont accompagnées par le manager de centre-ville dont la mission est d’animer et de dynamiser les centres-villes en lien avec les collectivités locales. 

Vous pouvez aussi vous adresser directement à ce manager, il pourra vous aider à trouver un local vacant, et à négocier avec la municipalité en cas de problématiques particulières (stationnement, vitrine, propreté, travaux à proximité de votre commerce…).

(1) Source : Fédération du Commerce Associé.

> Voir tous les sujets de la thématique

.

© Julief514/Thinkstock
Protégez vos intérêts avec la protection juridique professionnelle(1)

Vous souhaitez rejoindre un groupement de commerces associés et vous avez besoin d’un accompagnement juridique dans les démarches que vous aurez à entreprendre ? Pensez à l’Assurance Protection Juridique Professionnelle(1). Une cellule de juristes dédiée aux professionnels est à votre écoute. Ils vous informent sur la réglementation française en vigueur, la conduite à tenir ou encore les démarches à effectuer en prévention d’un litige(2).

(1) Assurée et gérée par Covéa Protection Juridique - Société anonyme d’assurance au capital de 88 077 090,60 € entièrement versé. Entreprise régie par le Code des assurances - 442 935 227 R.C.S. Le Mans - Siège social : 33 rue de Sydney - 72045 Le Mans Cedex 2. 
(2) Nos prises en charge sont faites en application des garanties/options souscrites ainsi que des conditions, limites, exclusions de garanties fixées aux conditions générales (CG 352) et aux conditions particulières du contrat d’assurance MMA PRO-PME  disponible sur mma.fr ou en agence.