Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

3 solutions pour associer vos salariés à la réussite de votre entreprise

Plus l’engagement de vos salariés est fort et plus la productivité est au rendez-vous. Les leviers pour les impliquer ? Répartir les gains financiers et partager les décisions stratégiques.

MMAPRO_-engagement-salariés-entreprise-897x505.jpg

Plus vous les impliquerez, plus vos salariés se sentiront concernés par la réussite de votre entreprise.
©PeopleImages/iStock

1. L’épargne salariale, une récompense financière pour tous 

Votre entreprise a enregistré de bons résultats et vous souhaitez associer vos salariés à cette réussite sans passer par une prime ? Pourquoi ne pas mettre en place une épargne salariale ? Cet outil de motivation éprouvé permet aux salariés de se constituer une épargne retraite ou de précaution avantageuse. L’entreprise peut aussi ajouter un complément aux sommes versées par les bénéficiaires, appelé abondement, et donc augmenter la somme épargnée. 

En 2017, plus de 8,4 millions de salariés ont bénéficié de l’épargne salariale dans les entreprises de 10 salariés ou plus(1).

(1) Données DARES août 2018.

Bon à savoir

L’épargne salariale profite à tous ! Les salariés, mais aussi les dirigeants et les conjoints collaborateurs ou associés, peuvent se constituer une épargne retraite ou une épargne de précaution avantageuse.

Suppression du forfait social pour les plus petites entreprises

Depuis janvier 2019, des accords-types ont été négociés par branche d’activité et tout ou partie du forfait social dû par l’entreprise a été supprimé. Le forfait social consistait en une contribution patronale sur l’intéressement pour les entreprises de moins de 250 salariés, et sur la participation et l’abondement employeur pour les entreprises de moins de 50 salariés. Sa suppression est un moyen d’encourager le développement de l’épargne salariale dans les plus petites entreprises.

Les avantages de l’épargne salariale
 

Pour l'entreprise Pour les salariés
Une solution flexible

L’abondement est modulable. Il peut être dégressif selon les montants versés et son pourcentage peut être révisé chaque année.

Ils perçoivent les sommes comme ils le souhaitent. Elles leur sont versées directement ou placées sur un plan d'épargne salariale (PEE, PEI) ou sur un Plan d’épargne retraite collectif (PER COL)(2).

Une fiscalité avantageuse

Les versements sont déductibles de l’assiette fiscale et le forfait social est supprimé sur la participation, l’intéressement et l’abondement versés par les entreprises de 1 à 49 salariés, et sur l’intéressement versé par les entreprises de 50 à 250 salariés.

Les versements sont exonérés d’impôt sur le revenu si les sommes perçues sont versées sur un plan d’épargne salariale (PEE, PEI, PER COL).

La loi PACTE simplifie l’épargne retraite

Auparavant, il était difficile de s’y retrouver parmi les nombreux dispositifs d’épargne retraite individuelle ou collective. Aujourd’hui, seuls 2 plans d’épargne retraite sont proposés : le Plan d’Épargne Retraite (PER) et le Plan d’Épargne Retraite Collective (PER COL). Ils conservent les principaux avantages fiscaux des anciens plans d’épargne.

Nouveauté : ils permettent une sortie en capital, et non plus seulement en rente viagère. De plus, les épargnants pourront alimenter leurs plans d’épargne collective tout au long de leur parcours professionnel, même s’ils changent d'employeur ou de métier.  

2. L’actionnariat salarié, un partage des richesses assoupli

Partagez vos actions avec vos salariés pour les motiver à atteindre les objectifs économiques et financiers de l’entreprise. Vous pouvez leur céder des actions à titre gratuit ou à prix préférentiel. Réunies au sein d’un PEE, leurs actions profitent des résultats financiers que l’entreprise obtient grâce à leur travail et d’aides fiscales intéressantes.

L’actionnariat salarié a été assoupli par la loi PACTE de janvier 2019 :

  • pour l’entreprise : le forfait social est réduit à 10 % pour les abondements versés par l’employeur de plus de 50 salariés sur leur PEE d’entreprise.
  • pour les salariés : ils ne sont pas obligés d’effectuer un versement lorsque l’employeur offre un abondement. Les plus-values de leur PEE sont exonérées d’impôt.

3. Quand les salariés participent aux décisions

Plus les salariés sont associés aux décisions que doit prendre l’entreprise, et mieux ils y adhèrent. De plus, lorsqu’ils sont consultés sur les questions stratégiques, leur expérience terrain permet souvent d’enrichir la prise de décision. 

Dans les grandes entreprises, les salariés sont obligatoirement représentés aux conseils d’administration ou de surveillance. Les entreprises de plus petite taille peuvent mettre en place des solutions plus ou moins structurées pour les intégrer dans la prise de décision :

  • dans les TPE : organisez des réunions d’information lorsque l’actualité de l’entreprise le nécessite. Vous pouvez prévoir des réunions de réflexion collective pour faire évoluer l’entreprise (résolution de problèmes, pistes de développement, nouveaux outils de travail…) ;
  • dans les PME-PMI : vous pouvez mettre en place un process collaboratif structuré et des outils formalisés pour mesurer la perception des salariés sur des sujets sensibles, arbitrer entre différentes options stratégiques ou faire émerger de nouvelles perspectives. 

Faire participer vos salariés aux décisions importantes crée l’engagement, durablement. 

Loi PACTE : vers une meilleure représentation des salariés dans les instances de direction

Avant la loi PACTE, un conseil d’administration de grande entreprise pouvait ne compter qu’un seul administrateur salarié. Désormais, ils sont au minimum 2 pour les conseils comptant plus de 8 administrateurs non-salariés (contre 12 auparavant), si la société est cotée ou qu’elle emploie plus de 1 000 salariés en France ou plus de 5 000 en France et à l’étranger. Cette mesure est étendue aux mutuelles et fédérations employant plus de 1 000 salariés.

Voir les autres articles du dossier

Transmission d’entreprise : à quel prix et à qui ?

Prêt à trouver un successeur pour reprendre votre entreprise ? Un projet de transmission nécessite de la préparation pour vendre au prix juste et trouver le bon repreneur. MMA vous conseille et vous éclaire sur les nouvelles mesures de la loi PACTE qui facilitent le financement de la reprise des petites entreprises.

Devenir micro-entrepreneur : 3 étapes clés avant de se lancer

Valider son modèle économique, développer ses compétences de futur chef d’entreprise et choisir des locaux appropriés, 3 étapes indispensables pour garantir la pérennité de votre future entreprise.