Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Surinvestissement : attention à l'épuisement professionnel

Très valorisée, l’implication dans le travail peut vite, quand elle est excessive, devenir un facteur de déséquilibre. Manque de recul, anxiété, fatigue : à terme, le surinvestissement peut se révéler un frein à l’efficacité voire une menace pour la santé. En tant que dirigeant, vous êtes particulièrement concerné... Quelques conseils pour vous prémunir.

surinvestissement épuisement professionnel

Surinvestissement et addiction au travail peuvent conduire à un épuisement physique et à un burn out.
© Vectorfusionart / Shutterstock

Les entrepreneurs plus exposés

Dans la représentation collective, le chef d’entreprise se doit d’être dynamique, impliqué, volontaire et efficace. Il a aussi souvent un travail plus motivant et intéressant que la moyenne, deux facteurs qui concourent à expliquer sa propension au surinvestissement. De tous les statuts, les dirigeants et les cadres supérieurs sont ainsi les premiers à considérer leur travail comme « extrêmement important ». Comme l’explique le Dr Patrick Légeron, psychiatre, « les études européennes conduites sur le sujet, révèlent un degré d’implication plus important chez nous en France que chez nos voisins européens ».

Quand parle-t-on de surinvestissement ?

Quand il devient difficile de tracer les limites entre vie professionnelle et vie privée
Quand on est en permanence connecté à son portable et que le travail tend à monopoliser les pensées, que l’on s’ennuie en vacances ou que l’on préfère emmener un livre sur le management qu’un bon polar…

Le surinvestissement poussé à l’extrême pouvant cacher une addiction au travail. C’est ce que l’on appelle le « workaholisme ».

Savoir prévenir le burn out professionnel

Si elle est souvent valorisée, l’implication excessive au travail s’avère à long terme dommageable pour l’équilibre de la personne. Dans son rapport de 2016 à l’académie de médecine, le Dr Patrick Légeron, spécialiste du stress, souligne l’importance de lutter contre le surinvestissement dans la prévention du burn-out. Les pays anglo-saxons et nordiques conduisent depuis plusieurs années des programmes visant à limiter le surinvestissement en entreprise : limitation du présentéisme, détection des managers à risque, interdiction des mails le week-end, etc.

Prendre du recul avant l'épuisement physique

L’excès d’implication nécessite souvent une prise de conscience par le dirigeant.
« Il faut désamorcer certaines croyances souvent bien ancrées, comme le sentiment de ne pas pouvoir s’arrêter en dépit de son souhait ou de devoir être là en permanence, explique le Dr Légeron. Cela implique d’apprendre à lâcher prise, à déléguer davantage et comprendre que personne n’est en permanence indispensable. »

Il est aussi important pour le chef d’entreprise de cultiver une passion, un hobby, d’avoir un autre monde où s’épanouir et prendre du plaisir. Ce sont de vrais facteurs de protection contre le surinvestissement.

(merci au Docteur Patrick Légeron, psychiatre, fondateur du Cabinet Stimulus, auteur de « Le stress au travail, un enjeu de santé », éditions Odile Jacob)