Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Panneaux photovoltaïques : limiter les risques électriques

À nouvelle technologie, nouveaux dangers ! L’installation de panneaux photovoltaïques sur votre bâtiment n’est pas anodine. Elle peut générer des risques électriques. Comment les éviter ?

panneau-photovoltaique-risque-electrique

L'installation de panneaux photovoltaïques nécessite des mesures de prévention pour éviter tous risques électriques.
© Fotolia/IL_FEDE

Le fontionnement des panneaux photovoltaïques

Un panneau photovoltaïque – ou PV – transforme l’énergie lumineuse du soleil en électricité. C’est un générateur électrique de courant continu constitué d’un ensemble de cellules photovoltaïques reliées entre elles. Il alimente en électricité des équipements autonomes ou un réseau électrique. Pour pouvoir utiliser cette énergie ou l’envoyer sur le réseau, l’installation nécessite un onduleur qui transforme le courant continu en courant 230 V alternatif, compatible avec le réseau électrique. Il est placé dans le circuit électrique, juste après les panneaux. 

Attention, il ne faut pas confondre les panneaux solaires photovoltaïques qui produisent de l’électricité et les panneaux solaires thermiques qui produisent de la chaleur, à l’aide d’un fluide caloporteur !

Existe-t-il un risque photovoltaïque ?

Une étude publiée par Saretec en 2013 a analysé des sinistres liés à la présence de panneaux photovoltaïques sur un bâtiment. 

Premier constat, 99 % des sinistres surviennent quand les PV sont intégrés au bâti, 1 % quand ils sont en surimposition. 

Toutes les typologies de bâtiments sont concernés : les habitations totalisent 60,5 % des sinistres, les bâtiments agricoles 26,8 %, les locaux industriels 5,3 % et les autres bâtiments – ERP, bureaux, commerces, entrepôts… –, 7,4 %. 

L’étude montre également que ces sinistres sont dus à : 

  • un défaut d’étanchéité dans 56,4 % des cas ; 
  • un incendie lié à l’installation dans 18,8 % des cas ; 
  • un dysfonctionnement électrique dans 15,3 % des cas ; 
  • une rupture des modules des panneaux photovoltaïques dans 9,4 % des cas.

Il a également été constaté que la plupart des sinistres interviennent dans les 24 mois suivant la fin des travaux, le désordre étant lié à un défaut de mise en œuvre, dans la majorité des cas. Le développement rapide de cette activité a en effet favorisé l’apparition d’entreprises peu scrupuleuses n’ayant pas toujours les compétences ni les qualifications requises. Cependant, selon cette étude, « le marché s’est aujourd’hui stabilisé et la filière photovoltaïque s’est structurée ».

L’incendie photovoltaïque

L’incendie est le risque le plus redouté car il peut entraîner des dégâts très importants, voire la destruction totale du bâtiment.

Les PV peuvent être à l’origine d’un départ d’incendie : défaut de matériel, de mise en œuvre… Et même si le feu n’est pas lié directement aux PV, leur présence complique la situation et l’intervention des pompiers. Difficile par exemple d’atteindre un foyer sous l’installation : il faut tout d’abord démonter les panneaux, ce qui prend du temps…

Autre difficulté, les PV produisent de l’énergie en permanence, tant qu’il fait jour ou qu’ils ne sont pas obscurcis. D’où l’importance d’avoir une installation équipée d’un système de coupure électrique ou d’abaissement de la tension en dessous de 60 V, pour intervenir en toute sécurité. 

Dégradés par le feu, ces panneaux présentent de nombreux dangers pour les pompiers : 

  • risque d’électrisation par contact direct ou indirect ; 
  • risque de chute à la suite d’un choc électrique ;
  • risque toxique et corrosif par émanations de substances libérées en cas de dégradation ; 
  • risque de glissade sur les éléments en verre ;
  • risque de brûlure au contact des surfaces vitrées exposées ; 
  • risque de chute à travers un panneau dégradé thermiquement…

Les pompiers doivent donc suivre une procédure et adopter des précautions particulières pour ce type d’opération. 

Le risque économique est très élevé et peut être à l’origine d’une fermeture temporaire, voire définitive de l’entreprise. Les coûts de réparation les plus importants – reconstruction des bâtiments détruits... – s’élèvent en moyenne à 193 000 euros.

Les mesures de prévention

Matériaux aux normes, sélection rigoureuse de l’entreprise, dispositif de sécurité… Mettez toutes les chances de votre côté pour limiter les risques.

Les installations photovoltaïques nécessitent des compétences en travaux de couverture liés au bâti et en électricité. Suite au Grenelle de l’Environnement, une charte d’engagement de respect des signes de qualités portant la mention « Reconnu Garant de l’Environnement » a été mis en place, par l’ADEME avec le ministère du Développement durable et ses partenaires – FFB, CAPEB, Qualibat, Qualit’EnR, Qualifelec. Cette mention peut vous aider à repérer plus facilement les entreprises respectant ces engagements.

  • Veillez également à choisir des procédés, des systèmes d’intégration certifiés et conformes à la réglementation en vigueur – Pass’Innovation et Avis technique du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.
  • Assurez-vous que la structure puisse supporter la surcharge ou la contrainte particulière sur votre toiture. Faites réaliser une étude préalable par un professionnel du bâtiment. 
  • Utilisez des matériaux conformes aux normes en vigueur : NF EN 61215 pour les modules cristallins, NF EN 61 646 pour les panneaux souples. Vous bénéficiez d’une Garantie Constructeur sur ces produits. 
  • Soignez la mise en œuvre en respectant l’Avis technique du CSTB. Suivez également le référentiel d’installation UTE C15-712-1 et ses préconisations en matière de sécurité incendie. 
  • Installez des dispositifs de coupure pour faciliter l’intervention des secours en cas de sinistre. 
  • Prévoyez des locaux techniques en maçonnerie pour le tableau électrique, le transformateur…
     
  • Ne fixez pas vos panneaux photovoltaïques sur des matériaux combustibles. 
  • De même, évitez les supports en bois sur la toiture pour l’onduleur, la boîte de connexion… Choisissez des matériaux incombustibles. 
  • Placez vos câbles à l’extérieur du bâtiment pour éviter tout problème électrique sous la toiture. 
  • Privilégiez des connectiques verrouillables pour empêcher toute déconnexion ou mauvaise connexion car il existe un risque d’arc électrique. 
  • Mettez vos matériels hors d’eau. Évitez par exemple de poser les boîtes de jonctions dans une noue de toiture. Choisissez des locaux surélevés et non inondables pour vos onduleurs. 
  • Installez l’onduleur au plus près des panneaux photovoltaïques pour limiter les longueurs de câble en courant continu car il existe un risque d’arc électrique.

Des contrôles réguliers

N’oubliez pas de faire contrôler et entretenir régulièrement votre installation. 

Durant le projet, elle sera obligatoirement inspectée par un contrôleur technique qui vérifiera son dimensionnement, sa mise en œuvre...

À la fin des travaux, faites-la vérifier par caméra thermique pour vous assurer qu’il n’y ait pas d’échauffement, pas de défaut sur le boîtier et garantir la bonne réalisation. 

Tout au long de l’année, optez pour le monitoring qui permet un contrôle à distance et la détection de tout problème. 

Enfin, souscrivez un contrat de maintenance pour que votre installation soit nettoyée, inspectée au moins une fois par an.

Les bons réflexes

En cas de départ de feu, déconnectez rapidement votre installation du réseau. Déclenchez l’alarme incendie avec le boîtier manuel, faites évacuer les locaux, prévenez immédiatement les secours et signalez aux pompiers la présence de panneaux photovoltaïques sur votre bâtiment.

Les 5 points à retenir

  • Une installation de panneaux photovoltaïques peut générer des risques électriques. 
  • L’incendie est le risque le plus redouté car il peut entraîner des dégâts très importants, voire la destruction totale du bâtiment.
  • Les sinistres liés à un incendie sont les plus coûteux en réparation : ils s’élèvent en moyenne à 193 000 euros.
  • Matériels conformes aux normes, sélection rigoureuse de l’entreprise, dispositif de sécurité… Mettez toutes les chances de votre côté pour limiter les risques.
  • N’oubliez pas de faire contrôler et entretenir régulièrement votre installation.

Pour en savoir plus, consultez l’étude Saretec
 

Assurance Local professionnel

Un problème électrique provoque un incendie dans votre entreprise, occasionnant des dégâts matériels et la destruction de votre stock de marchandises.

MMA vous indemnise(1) pour vous permettre de rénover vos locaux, remplacer vos mobiliers et matériels endommagés, reconstituer votre stock de marchandises…
 

Assurance Local Pro

(1) Nos prises en charge sont faites en application des conditions, limites, exclusions de garanties et du montant des franchises qui sont précisées au contrat d’assurance.