Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Un guide de sécurité incendie pour l'installation des panneaux sandwichs

Le Référentiel APSAD D14-A, édité par le CNPP, expose les règles de l’art pour la mise en œuvre des panneaux sandwichs.

installation-panneaux-sandwich

La mise en œuvre de panneaux sandwichs doit s’effectuer en suivant des règles précises, afin de limiter le risque d’incendie.
© Kadmy/Thinkstock

Prévenir les risques des panneaux sandwichs

Le Référentiel APSAD D14-A « Panneaux sandwichs et comportement au feu » du CNPP donne des recommandations, permettant d’une part de diminuer la probabilité de déclenchement d’un incendie à l’intérieur même des panneaux et d’autre part, de réduire la propagation du feu en cas de départ d’incendie.

Ce guide comporte trois parties principales :

  • La première présente les caractéristiques des panneaux et leur comportement au feu en fonction de la nature de l’isolant ;
     
  • La seconde  expose les modalités de fixation de ces panneaux, afin de limiter les risques de détérioration/chute dans le temps des parements ;
     
  • La troisième détaille les règles de pose des équipements techniques sur ces panneaux (luminaires, éléments chauffants, autres équipements électriques,…), pouvant être à l’origine de départ de feu. 

Comportement au feu des panneaux sandwichs

Les panneaux sandwich sont couramment utilisés pour leurs propriétés isolantes, dans la construction de bâtiments industriels et notamment, dans les industries agroalimentaires et pharmaceutiques, les salles blanches et les entrepôts frigorifiques. Ces panneaux sont composés d’un double parement organique ou métallique, renfermant un matériau isolant combustible ou non.

Le comportement au feu des matériaux a été défini dans la réglementation française par le « classement M », puis dans la réglementation européenne par le classement « EUROCLASSES ». Ce classement est obtenu d’après des tests effectués en laboratoires agréés par le Ministère de l’Intérieur (ex. : CSTB, LNE, LCPP…).

Règle de base : l’utilisation d’éléments de construction combustibles pour la rénovation de bâtiments existants ou la construction de nouveaux bâtiments, tels que les panneaux sandwich dont l’âme est constituée d’une mousse isolante combustible, doit être évitée.

En cas de difficultés de mise en œuvre (ex : problème d’humidité...), des panneaux sandwichs à âme combustible peuvent être installés, à condition d’être approuvés par un laboratoire reconnu (ex. : CSTB, LNE, LCPP…), afin de vérifier que leurs caractéristiques « Euroclasses » sont au moins « B s3 d1 ».

Les modalités de fixation

Règle de base : aucun isolant combustible ne doit être laissé à nu.

Lors des découpes des panneaux, des profilés en tôle doivent être mis en place pour cacher la mousse. Cela est valable pour les canalisations, trémies, découpes dans les angles, y compris dans les combles.

Lors de l’exploitation, il est nécessaire de vérifier régulièrement l’état des panneaux et des joints, toute détérioration devant être réparée rapidement.

Enfin, Il est important de veiller à ce que les dispositifs de fixation empêchent bien la chute du parement en cas d’incendie, pour éviter de rendre apparent l’isolant combustible. Lors de l’essai de qualification en semi-grandeur, les dispositifs de fixation sont testés. Il convient donc de se rapprocher du fabricant de vos panneaux sandwich, pour valider le système de fixation le plus adapté.

Les installations au contact des panneaux

Toutes les traversées de câbles électriques dans les panneaux doivent être réalisées, de préférence, avec un fourreau métallique ou tube PVC, pour éviter tout contact des câbles avec les parois métalliques du panneau.

Tous les équipements électriques doivent être décollés de la paroi des panneaux, en respectant les distances minimales suivantes :

intallation-panneau.jpg

(1) Ou mise sous gaine apparente
(2) Les sorties des câbles doivent se faire par le bas et être munies de presse-étoupe
(3) La température maximale au niveau du panneau est de 80°C
(4) Par exemple : convecteur, etc.
(5) La température de l’isolant thermique ne doit pas dépasser 80°C. Une solution est d’écarter les équipements à titre indicatif, les écarts peuvent être déterminés en fonction de la puissance des équipements (cf. tableau distances).

En fonction de la puissance des équipements, les distances suivantes doivent également être prises en compte :

distance-panneaux.jpg

RECOMMANDATIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE DE PANNEAUX SANDWICHS

  • Réduire la présence des panneaux combustibles en limitant leur utilisation aux seuls usages pour lesquels il n’existe pas d’autre alternative. Par exemple, pour les locaux nécessitant un respect de normes d’hygiènes strictes et/ou ceux ayant un traitement thermique spécifique.
  • N’installer que des panneaux avec des caractéristiques Euroclasses « B s3 d1 » minimum.
  • Pour la mise en œuvre des panneaux, le Référentiel APSAD D14–A doit impérativement être respecté. Outre les règles d’installations, il inclut le respect des distances minimales à prévoir, entre les équipements à risque d’incendie et la paroi des panneaux.
  • Veiller lors de la mise en œuvre des panneaux (fixation, coupe d’angle, emboîtement…) à ce que l’isolant ne soit jamais apparent. Cela implique de recouvrir systématiquement la mousse apparente au moyen, par exemple, de protecteurs métalliques tels les couvre-joints… et à ce qu’il n’y ait pas d’éléments inflammables autres que le matériau isolant (barrière de vapeur, colle, enduits intérieurs et extérieurs).
  • Les installateurs de panneaux sandwichs doivent être titulaires de la certification QUALIBAT et avoir souscrit une assurance responsabilité civile décennale.
  • Lors de l’exploitation, vérifier régulièrement l’état des panneaux et des joints, afin de réparer rapidement toute détérioration.

Ces recommandations sont reprises et détaillées dans notre fiche Bonnes pratiques prévention dédiée aux Panneaux sandwichs disponible ici.

RECOMMANDATIONS COMPLEMENTAIRES À RESPECTER DANS TOUS LES CAS, POUR LIMITER LE RISQUE D’INCENDIE EN ENTREPRISE

  • Séparer les ateliers de production des secteurs de stockage et compartimentage des locaux techniques par la création de murs et locaux coupe-feu « 2 heures ». Leurs ouvertures doivent être protégées par des portes coupe-feu « 1 h 30 », conformément aux Référentiels APSAD R15 et R16.
  • Mettre en place des exutoires de gaz toxiques et fumées chaudes, conformément au Référentiel APSAD R17.
  • Mettre à disposition pour la première intervention des moyens en eau suffisants (extincteurs et Robinets d’Incendie Armés - RIA), conformément aux Référentiels APSAD R4 et R5.
  • Installer un système de détection automatique d’incendie dans les stockages abritant un fort potentiel calorifique et les locaux techniques, afin de pouvoir détecter rapidement tout départ de feu. Les alarmes doivent être renvoyées auprès d’une société de télésurveillance, afin d’alerter des membres du personnel ou bien une société de gardiennage, dans un délai très court (cf. Référentiel APSAD R7).
  • Faciliter l’accès aux équipes de secours : reconnaissance du site et des ressources en eau, mise en œuvre d’un plan d’intervention, etc.
  • Mettre en place un suivi interne de la sécurité incendie, incluant :
    • Des procédures d’inspection régulière et périodique de sécurité ;
    • L’application rigoureuse du permis de feu pour les travaux par points chauds ;
    • Le respect strict de l’interdiction de fumer ;
    • Des opérations planifiées de maintenance préventive sur les installations techniques.
  • Dans certains cas, l’installation d’un système d’extinction automatique à eau de type sprinkler pourra s’avérer indispensable (compartimentage insuffisant, capitaux importants,…), permettant d’assurer une surveillance permanente des locaux et un déclenchement automatique en cas début d’incendie, même en l’absence de personnel.

Voir les autres articles du dossier

prévention risques panneaux sandwich
Prévenir les risques liés à l’utilisation des panneaux sandwich

Du fait de leur composition, les panneaux sandwich présentent des risques spécifiques en cas d’incendie. Leur utilisation est prohibée dans les locaux techniques ou électriques.

> Voir tous les sujets de la thématique

.

© Davis/Fotolia
Protégez vos locaux professionnels avec les garanties incendie et pertes d’exploitation(1)

Vous êtes victime d’un incendie dans un de vos locaux ? Avec la garantie incendie du contrat Multirisque Pro, vos biens d’exploitation sont assurés(1). Mais qu’en est-il des pertes financières engendrées par l’arrêt de votre activité ? Avec la garantie Pertes d’exploitation après incendie, vos charges fixes sont remboursées et votre perte de revenus est indemnisée. Et comme le délai de reprise de l’activité peut varier fortement d’un secteur à un autre, vous avez le choix de la durée d’indemnisation à la souscription de votre contrat (12, 18 ou 24 mois).

(1) Nos prises en charge sont faites en application des garanties/options souscrites ainsi que des conditions, limites, exclusions de garanties et du montant des franchises fixées aux conditions générales (CG 352) et aux conditions particulières du contrat d’assurance MMA PRO-PME. Pour en savoir plus, contactez votre Agent général MMA.