Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Matériel professionnel : acheter, louer ou… emprunter ?

Peut-être vous arrive-t-il, comme une TPE sur 10(1) en France, de prêter ou d’emprunter du matériel à une autre entreprise ? « Dépannage » ponctuel ou moyen pratique pour bénéficier d’un équipement qui sera utilisé trop rarement pour justifier l’achat, le prêt de matériel est courant dans les secteurs de l’industrie, du BTP et même des services. Pourquoi ne pas y recourir ?

459434829

11 % des TPE ont prêté ou emprunté au cours des 12 derniers mois un matériel à une autre, dont 9 % à titre gratuit(1).
© iStock

L’emprunt de matériel : une pratique courante

D'un côté des entreprises qui disposent d'équipements, de machines ou de matériel qu'elles n'utilisent qu'une partie de l'année. De l'autre, des professionnels qui, ayant un besoin épisodique de certains équipements, hésitent à les acheter car ils ne pourraient les amortir.

Longtemps cantonné au milieu agricole, le prêt de matériel gagne d’autres secteurs d'activité, avec l'essor des pratiques collaboratives. Selon l'enquête Kantar TNS d'octobre 2017 réalisée pour MMA, 22 % des TPE ont prêté ou emprunté une ressource au cours des 12 derniers mois. Le matériel est la seconde ressource la plus couramment prêtée après les locaux : 11 % des TPE ont prêté ou emprunté un équipement ou un matériel, dont 9 % à titre gratuit.

Découvrez les résultats de l’étude MMA – Kantar TNS sur les pratiques collaboratives entre entreprises.

Une solution qui facilite les échanges : le troc

Échanger un matériel contre un autre, ou avec une contrepartie en nature (service immatériel, prestation matérielle …) : le troc est un bon système pour développer le prêt entre entreprises. Alors que la plupart des sites collaboratifs mettent en relation des professionnels qui louent à leurs pairs leurs équipements, les sites de troc proposent un échange gratuit de biens et de services. Vous pouvez ainsi « troquer » un ordinateur ou la production d'un service contre un chariot élévateur. Sur certains sites, comme France Barter, une monnaie d'échange virtuelle permet de démultiplier les possibilités d'échange. En prêtant un équipement ou en produisant un service, vous gagnez des euros virtuels qui vous permettent d'accéder aux différentes propositions de la plateforme.

Pensez à signer une convention de prêt de matériel

Même si l'échange est gratuit, vous avez tout intérêt à sécuriser la transaction en signant une convention de prêt de matériel entre entreprises surtout si le matériel prêté a une valeur élevée.
Ce document signé par les deux parties vous mettra à l'abri en cas de litige, notamment dans le cas d'un dommage occasionné au matériel durant la période de prêt.

Ce document doit mentionner :

  • le nom et l'adresse du prêteur et de l'emprunteur,
  • l'objet de la convention : le prêt à titre gratuit du matériel concerné, la valeur de ce matériel - qui devra être réglée en cas de non restitution - ;
  • les engagements du prêteur - mise à disposition du bénéficiaire d'un matériel en bon état de fonctionnement, etc. - ;
  • les engagements de l'emprunteur - mise en œuvre de toutes les mesures nécessaires, notamment de stockage et d'utilisation, pour que le matériel soit restitué en parfait état de fonctionnement; signalement au prêteur de tout changement d'utilisateur, etc. - ;
  • les dates de début et de fin du prêt ;
  • les responsabilités de chacun et les aspects assurantiels : la convention doit préciser que le bénéficiaire prend la responsabilité du matériel reçu et aura à charge les frais liés à des dommages causés à lui-même ou aux tiers, en raison du matériel ou d'une mauvaise utilisation ;
  • les modalités de restitution du matériel ;
  • les pénalités en cas de non-restitution.

N'oubliez pas de dresser un état des lieux de l'appareil

Que vous prêtiez ou empruntiez, faites ensemble une inspection du matériel avant et après usage. L’état des lieux peut mentionner :

  • le niveau de carburant - si la machine en utilise -,
  • les accessoires fournis avec la machine,
  • l'état général du matériel,
  • le carnet d'entretien et les habilitations requises s'il y en a.

(1) Étude réalisée en septembre 2017 par Kantar TNS et MMA auprès d’un échantillon représentatif de 436 TPE françaises.

En cas de dommage, que se passe-t-il ?

assurance multirisque pro © Wavebreak Media/Thinkstock

MMA accompagne les entreprises dans le développement des pratiques collaboratives et vous propose des garanties en cas de prêt ou d’emprunt de matériel dans ses contrats multirisques professionnelles MMA PRO-PME, MMA ASSO et MMA BTP(2).

 

Si vous empruntez du matériel

 

  • Il est automatiquement couvert au titre des garanties dommages au bien ;
  • Vous n'avez aucune déclaration spécifique à faire pour le garantir, ni d'option à souscrire. Vérifiez simplement que le montant du capital inscrit dans votre contrat est suffisant pour que le matériel emprunté soit indemnisé.

Si vous prêtez du matériel

  • Il est couvert dans le local de la personne à qui vous l’avez prêté pendant 90 jours maximum. Les dommages couverts sont les suivants : électriques, liquides endommagés ou perdus, ceux liés à un incendie, à une avalanche, une tempête, la grêle, au poids de la neige  et aux catastrophes naturelles.
  • En cas de vol ou de tentative de vol, votre matériel stocké à l'intérieur d'autres locaux est couvert pour une période n'excédant pas 90 jours.
Multirisque professionnelle

(2) Nos prises en charge sont faites en application des garanties, options souscrites et des limites, conditions et exclusions de garanties et du montant des garanties et des franchises fixés aux Conditions générales, Conventions spéciales et Conditions particulières des contrats d’assurance MMA PRO-PME, MMA Association et MMA BTP.