Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Fraude en entreprise : comment s’en protéger et réagir ?

La fraude en entreprise est un risque bien réel, dont le nombre de tentatives a explosé avec la pandémie de Covid-19 et la digitalisation des échanges. Toutes les entreprises peuvent être concernées, quelles que soient leur taille ou leur secteur d’activité. Comment vous en prémunir et adopter le bon comportement le cas échéant ?

MMAPRO_Fraude-en-entreprise_s.jpg

Il existe de plus en plus de techniques de fraudes en entreprise, renseignez-vous afin de vous en prémunir.
@gstockstudio / Adobe Stock

La fraude au président. En quoi ça consiste ?

C’est la fraude dont les entreprises sont victimes le plus souvent. L’arnaqueur se fait passer pour un dirigeant de société, en déplacement à l’étranger par exemple. Il contacte le service comptable ou financier par mail (voire demande à un prétendu avocat d’appeler) et prétexte une opération urgente pour convaincre le collaborateur d’effectuer un virement.

Récemment, la DGCCRF a signalé l’apparition d’une variante de la fraude au président. Son mode opératoire : le fraudeur réclame des informations au sujet de l’entreprise et de ses clients en se faisant passer pour une administration. Il contacte ensuite les clients pour les prévenir d’un prétendu changement de coordonnées bancaires à appliquer sur les prochaines factures de l’entreprise.

Comment se protéger du risque de fraude au président ?

  • Assurez la confidentialité des organigrammes (ou du moins, en extraire le nom et les coordonnées des responsables financiers et comptables) ;
  • Limitez votre communication autour de vos partenariats et de vos grands projets ;
  • Sensibilisez vos salariés en leur présentant la mécanique de la fraude au président ;
  • Mettez en place une procédure de validation, en demandant par exemple à vos salariés de vous contacter vous directement, un cadre ou votre cabinet d’expertise comptable, quand la demande leur semble insolite ou émane d’un inconnu faisant preuve d’insistance, de flatterie ou d’intimidation ;
  • Instaurez un protocole de double signature pour tout virement supérieur à 1 000 euros.
     

La fraude au faux fournisseur. En quoi ça consiste ?

Autre type de fraude populaire : l’arnaqueur se fait passer cette fois-ci pour l’un de vos fournisseurs et vous informe d’un soi-disant changement de coordonnées bancaires. Objectif : obtenir le paiement de factures émises par votre véritable partenaire.

Comment se protéger du risque de fraude au faux fournisseur ?

Si un fournisseur vous informe d’un changement de coordonnées bancaires, et à plus forte raison si le nouveau compte est à l’étranger, il est conseillé :

  • Dans l’immédiat, de contacter directement votre fournisseur, sans utiliser les coordonnées présentées dans le mail ou le courrier papier ;
  • À plus long terme, de mettre en place un système de double validation, en interne, pour tout changement de ce type.

Comment réagir en cas de fraude au faux fournisseur ?
Là encore, vous devez être très rapide ! Dès que vous suspectez une fraude au faux fournisseur :

  • Alertez votre banque pour bloquer le paiement ;
  • Saisissez les autorités ;
  • Prévenez votre véritable fournisseur de l’incident.
     

Autres fraudes possibles envers les entreprises

En la matière, l’imagination des fraudeurs est fertile :

  • Certains peuvent se faire passer pour votre banquier et sous couvert d’un changement technique, vous demander d’effectuer des tests de virement sur un compte « spécial » ; 
  • D’autres usurpent l’identité d’un client, passent commande, se font livrer les marchandises avant de disparaÎtre dans la nature…

Les modes opératoires des fraudeurs évoluent sans cesse. Il est important de sensibiliser vos salariés par des actions de formations régulières : battez le rappel en évoquant les nouveaux risques et la conduite à tenir.

Voir les autres articles du dossier

RGPD : la certification de votre délégué à la protection des données (DPO)

Plus de trois ans après l'entrée en vigueur du RGPD (règlement général sur la protection des données), la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) recense près de 25 500 délégués à la protection des données (DPO)(1). Une désignation qui peut être obligatoire pour certaines entreprises.

RGPD : avez-vous pensé à vos sous-traitants ?

François Carlach, expert juridique MMA, précise vos responsabilités dans le cadre du RGPD si vous sous-traitez la gestion des données personnelles de vos clients.

Données personnelles et RGPD : la FAQ des pros et entreprises

Entré en application le 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) renforce la responsabilité des entreprises en matière de traitement des données personnelles. Comment l’appliquer et vous mettre en conformité ? MMA a recensé les principales questions que vous vous posez sur cette législatio...

Rédiger sa politique de confidentialité : un exercice obligatoire pour les sites e-commerce

Depuis la mise en place du Règlement général sur la protection des données (RGPD), tous les sites e-commerce doivent informer les internautes de l'utilisation de leurs données personnelles. Cette information prend la forme d'une charte de confidentialité qui doit être facilement accessible aux utilisateurs. Quelles...

.

© Pressmaster/AdobeStock
Protection juridique MMA(1):
L’assistance juridique pour les pros !

Avec l’option Protection Juridique de votre multirisque professionnelle MMA, les frais de défense (expertises amiables et judiciaires, honoraires d'avocat, huissiers) sont pris en charge à chaque étape d'intervention(1). Une des conditions : que l’arnaqueur soit identifié.

(1) Assurée et Gérée par Covéa Protection juridique. Dans les conditions, limites et exclusions de garanties fixées au contrat.