Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Comment reprendre un commerce : les règles à suivre

Plutôt que de partir de zéro, la reprise d’un fonds de commerce peut être une bonne alternative à la création d’une nouvelle activité. Mais prudence, une telle initiative nécessite quelques précautions. Tour d’horizon des étapes à respecter.

attractive customer and seller at the toy store

Avant de reprendre un fonds de commerce, analysez bien tous les éléments déterminants pour la réussite de votre future activité.
© Auremar - stock.adobe.com

Commerce à acheter : où les trouver ? 

Pour trouver des commerces à reprendre, vous avez plusieurs solutions. Vous pouvez par exemple :

  • prendre rendez-vous auprès d’un conseiller commerce de la CCI ou du service économique de votre communauté de communes,
  • enquêter auprès des commerçants de quartier,
  • ou encore éplucher les petites annonces sur le site de Transentreprise.

1. Avant de reprendre un commerce, analysez la situation et le marché !

Reprendre un restaurant, un bar, un magasin… nécessite de réaliser une étude de marché. Vous devez ainsi vous poser un certain nombre de questions :

  • la situation géographique du commerce visé est-elle intéressante ? L’emplacement de votre local reste en effet l’un des facteurs clés de réussite de votre future affaire,
  • le secteur d’activité a-t-il de l’avenir sur le long terme ? Ne cédez pas aux dernières tendances du moment. Si les boutiques d’e-cigarettes ont fleuri en l’espace de quelques mois à tous les coins de rue, elles ont aussi été nombreuses à devoir baisser leur rideau une fois l’effet de mode passé,
  • existe-t-il une forte concurrence ? Que propose-t-elle et qu’allez-vous apporter de plus ?
  • pour quelles raisons le gérant actuel souhaite-t-il passer le relais ? A-t-il une bonne réputation dans le quartier ?

2. Estimez la valeur du fonds de commerce repris

L’estimation du fonds de commerce est assez complexe puisqu’elle repose sur des éléments subjectifs et sur l’état du marché à l’instant T.
La méthode la plus utilisée consiste à appliquer un coefficient sur le montant du chiffre d’affaires moyen, HT ou TTC, réalisé sur les 3 dernières années. Ces coefficients créés par secteur d’activité sont disponibles auprès des centres de gestion, des chambres de commerce et d’industrie, des cabinets spécialisés en transmission d’entreprise et des experts-comptables.
L’autre méthode consiste à multiplier le montant du résultat (d'exploitation ou courant) par un multiple défini selon la rentabilité passée et les perspectives futures du commerce mais aussi en comparaison des autres transactions enregistrées sur le marché.
Dans les deux cas, il est conseillé de faire appel à un professionnel expérimenté (expert-comptable, spécialiste de la transmission d’entreprise, avocat spécialisé…) pour mener à bien cette évaluation.

À noter : attention à ne pas confondre mur et fonds de commerce ! En reprenant un fonds de commerce, vous vous portez acquéreur auprès de l’ancien propriétaire des éléments matériels (stock, mobilier, équipement…) mais également des éléments incorporels (clientèle, droit au bail, enseigne, nom commercial, marques, contrats...).
Sauf à racheter également les murs, vous devrez donc vous acquitter chaque mois d’un loyer pour avoir le droit d’occuper le local.

Vos droits dans le cadre d’une reprise d’un commerce 

Dans le cadre d’une reprise de commerce, il est bon que vous sachiez que la loi oblige le vendeur à vous communiquer plusieurs informations :

  • la date et le prix de son acquisition, et l’état des créances pesant sur le fonds,
  • les chiffres d’affaires et bénéfices réalisés au cours des 3 exercices comptables précédents celui de la vente,
  • la date et durée du bail, le nom et adresse du bailleur,
  • le récapitulatif des chiffres d’affaires mensuels réalisés entre la clôture du dernier exercice et le mois précédent la cession.

Vous souhaitez protéger votre commerce ou votre entreprise d’artisanat ?

465746860 © Minerva Studio/Thinkstock

Avec l’assurance Multirisque pro MMA, vos locaux, matériels, équipements et marchandises, votre responsabilité civile et les pertes d’exploitation(1) sont couverts(2) efficacement en un seul contrat. Contactez votre Agent Général MMA qui saura l’adapter à votre métier, votre secteur activité et la taille de votre entreprise.

Assurance Artisan Commerçant

(1) Garantie accessible selon la formule et/ou l’option souscrite.
(2) Dans les conditions, limites et exclusions de garanties fixées au contrat MMA PRO-PME. Pour en savoir plus, contactez votre Agent général MMA.