Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Les bons comportements relationnels du chef d’entreprise

La plupart des difficultés dans votre vie professionnelle en tant que chef d’entreprise
sont dues à des situations relationnelles mal maîtrisées. Votre réussite passe par votre capacité
à communiquer avec vos salariés, associés, clients…

MMAPRO_bons-comportements-chef-entreprise_897x505.jpg

La réussite d’un chef d’entreprise passe par une communication de proximité non seulement avec ses partenaires et clients, mais surtout avec ses équipes. Il doit savoir les manager de façon claire, concise et rassurante pour obtenir un maximum d’efficacité.
© Shutterstock

Aujourd’hui, l’échange et le réseautage font partie intégrante de votre quotidien. Il est donc indispensable de développer votre accessibilité vers les autres, même si la diversité des comportements dans votre entreprise et son environnement implique de la souplesse pour motiver ou pour faire travailler ensemble des personnalités différentes, ou établir une relation durable avec vos clients.
Cependant, même avec une communication de proximité qui facilite les relations dans votre entreprise, vous pouvez être confronté à des difficultés. Soyez rassuré, des solutions existent pour les surmonter.

La communication de proximité, une stratégie efficace…

La communication de proximité motive et bénéficie à tous :

  • aux associés qui, en échangeant sur les objectifs, se mettent d’accord sur la stratégie, les grandes orientations, l’organisation, les investissements…, et définissent un objectif partagé ;
  • aux chefs d’entreprise qui, en diffusant la stratégie, donnent du sens aux objectifs opérationnels de leurs équipes et assurent leur crédibilité et leur image de leader ;
  • aux salariés qui prennent conscience que leur contribution individuelle s’inscrit dans la stratégie collective, ce qui valorise leur utilité, renforce leur sentiment d’appartenance et les rassure sur l’avenir de leur entreprise.

… mais qui n’est pas sans difficultés

Malgré cette proximité, vous rencontrez régulièrement en tant que chef d’entreprise (tout secteur d’activité confondu) des difficultés majeures quand vous évoquez votre rôle de communicant au sein de votre entreprise :

  • le peu de temps que vous avez à y consacrer, votre priorité allant à la production, aux clients… ;
  • votre méconnaissance des attentes de vos salariés en termes d’informations ;
  • leur manque de compétences pour communiquer efficacement ;
  • le décalage entre ce sur quoi ils sont censés communiquer et la réalité du terrain…

Les erreurs à éviter

Quelques maladresses de communication sont susceptibles d’entraver la qualité de vos relations, ou de couper votre interlocuteur dans son élan.

1. Le flou impacte la confiance
Vous avez pris l’habitude de ne pas donner toutes les informations sur une mission, un chantier, une campagne… L’avantage que vous y voyez, c’est que cela vous laisse une marge de manœuvre ou encore une possibilité de changer d’avis… Cependant, ce comportement induit chez votre interlocuteur une impression de vague, de trouble.

Exemple : une réponse telle que : « Je ne peux pas encore tout vous dire pour le moment… » donne l’impression à votre interlocuteur que, si tout n’est pas dit, c’est que la confiance n’est pas là.

2. Le manque d’écoute vous isole
Vous pensez écouter ? Écouter l’autre, c’est le reconnaître ! Une bonne écoute nécessite de l’attention et du temps. Écouter ne veut pas dire nécessairement approuver ce qui est dit, le débat vient dans un deuxième temps.

Exemple : une réponse telle que : « Oui, je comprends ton problème avec ce client, mais tu sais on peut trouver des solutions à tout, à toi de voir comment faire, et tu sais on a tous nos problèmes » répétée régulièrement peut laisser croire à votre collaborateur que vous n’êtes pas en mesure de vous intéresser à son sujet, et qu’il peut gérer seul la situation.

Vous risquez ainsi d’être moins, voire plus du tout sollicité en tant que chef d’entreprise qui soutient et accompagne ses équipes dans leur recherche de solutions.

3. Les certitudes empêchent de dialoguer
Convaincu d’avoir raison, vous maintenez vos convictions et vos croyances, vous restez dans votre cadre de référence, certain de ce qu’il est bon de faire ou ne pas faire. Vous ne laissez pas s’exprimer les visions de l’autre et vous vous privez donc de l’ouverture à un autre mode de raisonnement, une autre opinion… Des phrases du type : « Moi je pense que, je considère que, moi j’ai déjà fait ceci… » entraînent le monologue sans prendre l’autre en considération. Obligez-vous à écouter votre interlocuteur jusqu’au bout avant de vous autoriser la moindre intervention. La richesse est dans l’échange !

Ce sont trois exemples d’erreurs de communication. Il en existe beaucoup d’autres que l’on peut illustrer par ces formules : « Si cela est important pour toi et si tu veux absolument aborder ce sujet, je trouverai bien 5 minutes… », « Tu sais, moi j’ai d’autres problèmes bien plus importants à régler… », ou encore des réponses brèves comme « oui » ou « non », et en général plutôt non, sans autre forme d’explication ou de sens…

Vous êtes vous reconnu dans l’une ou plusieurs de ces maladresses ?
La prise de conscience de ces mécanismes doit vous permettre, en situation, de prendre du recul, de vous auto-observer et de repérer vos propres modes de fonctionnement.

Et enfin… des solutions

Le point commun entre vous, dirigeants de TPE, est que vous êtes directement et instantanément exposés à des impondérables. Toujours dans l’action, vous êtes souvent dans l’urgence ! Vous vivez ces situations de manière forte et instinctive.

Un cadre de référence…
Dans cet environnement, il est fondamental que vous orientiez clairement vos attentes et les champs d’intervention de vos équipes, plutôt que de disperser leurs efforts et les vôtres. Définir un cadre avec des règles précises permet de sécuriser les initiatives et la réactivité, il a pour objectif de donner de la visibilité et de définir clairement vos priorités. Cela devient ainsi un véritable dispositif de pilotage efficace, rassurant, mobilisant et structurant. Il permet de bien savoir quels sont les règles et les comportements à adopter.

Par exemple : donner des directives pour le respect des règles de sécurité (ex : port obligatoire des chaussures de sécurité sur les chantiers), gérer la relation client (ex : toutes remarques d’un client doit être prise en compte et remontée vers vous), rappeler les procédures à suivre et être réactif face aux événements (ex. : tout client est contacté dans un délai maximum de 24 heures…), insister sur les règles à observer pour représenter l’entreprise (ex. : une tenue vestimentaire correcte quand on est en relation avec la clientèle – ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas), etc.

Ce cadre de référence est votre terrain d’action en tant que chef d’entreprise. Il est une véritable aide à la communication et à l’organisation, car chacun a besoin de comprendre ce qu’il fait, ce qu’il ne doit pas faire et quelles sont ses marges de manœuvre. Ainsi, le collaborateur sera réactif, créatif et concerné, car il se sentira libre à l’intérieur de ce cadre défini et il assumera davantage ses responsabilités.

… et de la compétence
Même si ces conseils vous paraissent « évidents », le contexte des TPE/PME est tellement intense que trop souvent toute l’énergie du dirigeant est concentrée sur les activités à fort enjeu financier et organisationnel, au risque d’oublier la gestion des relations humaines au sein de son entreprise (et parfois de sa vie personnelle).
Entretenir la motivation, écouter, faire grandir ses collaborateurs, communiquer, sont des actions aussi essentielles que de répondre aux sollicitations nombreuses et immédiates des clients. Le temps relationnel est un vrai temps managérial, il permet d’entraîner sa capacité à comprendre les attentes de ses équipes, à saisir les signaux de démotivation, interrogations, inquiétudes, conflits ; à permettre aux potentiels de s’épanouir…

Article réalisé en partenariat avec Cerfrance
 

© contrastwerkstatt/AdobeStock
Assurance protection juridique pro MMA :
Protégez vos intérêts !

En tant que chef d’entreprise, vous pouvez être en conflit notamment avec vos salariés. Avec la protection juridique pro MMA(1), vous bénéficiez d’informations sur vos droits et sur les mesures à prendre pour sauvegarder vos intérêts. Vous pouvez également être accompagné dans la recherche d’une solution amiable voir même jusqu’à l’exécution des décisions de justice.

 

(1) Assurée et gérée par Covéa Protection Juridique. Dans les conditions, limites et exclusions de garanties fixées au contrat.