Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Camping et Covid-19 : comment assurer la sécurité de tous ?

Alors que près de la moitié des Français souhaite partir en vacances cet été malgré l’épidémie de Covid-19, le camping est largement plébiscité pour des raisons économiques, de proximité et de sécurité(1). Dans l’optique de garantir un accueil sécurisé aux touristes, il vous faut revoir l’organisation et le fonctionnement du camping. Voici quelques bonnes pratiques !

(1) Source : Camping 2020 : des vacances malgré tout ! - Dossier de presse 2020 - FNHPA - 2020

camping-securite-preparation-covid_897x449.jpg

Face au Covid-19, le camping doit repenser l’organisation des espaces communs, afin d’assurer la sécurité de tous, clients et personnel
©iStock

La préparation du camping au risque de Covid-19 

En raison du Covid-19, les campings doivent en priorité adapter leur fonctionnement au risque sanitaire actuel. Cela passe par la mise en place d’un plan de sécurité aux différents volets, prévoyant notamment le renforcement des consignes sanitaires et la préparation des équipes.

  • La nomination d’un référent Covid-19 : dans l’optique d’adapter le camping au Covid-19, il est tout d’abord nécessaire de nommer un référent. Son rôle sera principalement de veiller au respect des mesures de prévention, à la formation des équipes et au pilotage des nouvelles consignes sanitaires ;
  • L’adaptation du travail et du camping : après avoir recensé les ressources humaines et matérielles disponibles, il est nécessaire d’adapter le fonctionnement du camping au risque actuel. Cela passera par la modification des conditions de travail et des espaces, notamment dans le but de respecter les mesures barrières (distanciation sociale, limitation des zones de rencontre et d’attente, création d’un sens de déplacement, nettoyage des mains, etc.) ;
  • La mise à disposition des équipements : le camping a l’obligation de fournir à ses collaborateurs l’ensemble du matériel de protection nécessaire (masques, gel hydroalcoolique, visières, gants, serviettes jetables, savon, etc.). Le protocole de nettoyage des uniformes doit aussi être renforcé et prévoir des lavages plus réguliers ;
  • La formation des collaborateurs : les équipes doivent être formées aux nouvelles consignes sanitaires Covid-19 au sein du camping. Organisation du travail et de ses horaires, usage des équipements de protection, application des gestes barrières, gestion du public... autant de points que les collaborateurs doivent respecter. Le référent aura pour mission de transmettre ces consignes et de veiller à leur bonne application.

La gestion des lieux communs du camping face au Covid-19

Face au Covid-19, le camping doit repenser l’organisation des espaces communs, dans l’optique d’assurer la sécurité des clients et du personnel. Pour cela, des consignes spécifiques s’appliquent pour chaque type d’espace.

  • Les sanitaires : au sein des sanitaires collectifs (toilettes, douches, etc.), vous devez tout d’abord condamner les équipements ne permettant pas de disposer d’un mètre de distance entre les personnes, tels que les urinoirs ou les lavabos, en donnant par exemple l’accès à un lavabo sur deux. Non seulement la fréquentation de ces espaces doit être limitée par un nombre de personnes maximum en fonction de votre superficie, mais il faut également mettre en place un sens de circulation pour éviter les contacts entre clients. Enfin, le matériel doit être adapté à un usage sans contact (poubelles à pédale, distributeur de savon automatique, etc.) ;
  • Les lieux de restauration : d’un point de vue fréquentation, le nombre de clients au sein des salles de restauration doit être limité afin de pouvoir respecter la distanciation physique. Les groupes de personnes venant ensemble sont limités à 10 au maximum. En matière d’organisation, les tables doivent être réagencées pour garantir une distance d’un mètre entre les groupes. Un sens de circulation doit être mis en place (au moyen de marquages et de signalétiques) afin d’éviter les contacts, les appareils en libre-service sont, dans la mesure du possible, à éviter (pour les carafes d’eau, il est par exemple conseillé de préférer les bouteilles à disposition des personnes), le service doit être réalisé de préférence à table et l’offre produit doit être adaptée (suppression des buffets, vente à emporter, portions individuelles emballées, etc.) ;
  • Les espaces aquatiques : le nombre de personnes doit y être limité afin d’assurer une surface de 4 m2 à chaque client. La distanciation physique doit une nouvelle fois être respectée, notamment en renforçant la diffusion des consignes sanitaires (affichettes, marquage au sol, etc.). L’accès à la piscine doit également être interdit aux clients présentant des troubles digestifs ou respiratoires. Comme ailleurs, la fréquence de nettoyage doit être augmentée et les équipements difficilement nettoyables doivent être retirés (chaises longues, transats, parasols, etc.) ;
  • Les lieux d’animation : tout comme au sein du restaurant, les groupes doivent se limiter à 10 personnes lors des différentes animations en lieux clos (jeux, spectacles, etc.). Un salarié doit être dédié à chaque groupe afin de veiller à ce que la distanciation entre les groupes soit respectée (placement des chaises, marquage au sol, etc.). L’objectif étant d’éviter les contacts et les transferts de bactéries. Enfin, les activités doivent se faire de préférence en extérieur, tandis que celles ne permettant pas le respect des gestes barrières doivent être supprimées.

L’adaptation du nettoyage du camping au Covid-19

Le renforcement du nettoyage constitue également une facette importante de l’adaptation du camping au Covid-19. Au sein des espaces collectifs (restaurants, sanitaires, piscines, etc.), l’organisation doit notamment prévoir :

  • Une augmentation de la fréquence de nettoyage et de désinfection ;
  • Une concentration sur les zones de contact (poignées de porte, interrupteurs, tables, etc.) ;
  • L’utilisation de produits nettoyants et désinfectants spécifiques, contenant par exemple un tensioactif ou répondant à la norme virucide NF EN 14 476 juillet 2019 ;
  • Le renforcement de la protection des personnes chargées du nettoyage (gants, visière, etc.) ;
  • L’aération régulière des espaces ;
  • La mise à disposition de savon, de gel hydroalcoolique et de serviettes jetables pour les membres de votre personnel ainsi que pour vos clients. 

Le protocole de nettoyage doit d’ailleurs être adapté à chaque espace. À titre d’exemple, la fréquence de désinfection sera plus importante au sein des zones à fort passage (sanitaires, restaurants, etc.) ou à risque (local poubelle, accueil, etc.). En ce qui concerne les hébergements, tels que les mobile homes, il est nécessaire d’assurer un temps de latence de 6 heures à chaque rotation de clients. À cette occasion, un nettoyage plus intensif devra aussi être réalisé (désinfection, changement du linge, nettoyage de la vaisselle, etc.).

Le protocole Covid-19 du camping en cas de contamination

Le protocole sanitaire Covid-19 du camping doit enfin anticiper le risque de contamination. Cela passe tout d’abord par la mise en place d’une politique de prévention spécifique :

  • Refuser l’accès aux personnes présentant des symptômes (difficultés respiratoires, fièvre, perte d’odorat, etc.) ;
  • Inviter le personnel et les clients à réaliser eux-mêmes un contrôle régulier de leur température ;
  • Inciter les clients à informer le camping s’ils sont contaminés après leur séjour.

Pour maîtriser le risque de Covid-19 au sein du camping, vous devez également prévoir un protocole particulier en cas de contamination avérée ou suspectée :

  • Mettre à disposition des clients un espace d’isolement (hébergement individuel, lieu spécifique, etc.) ;
  • Mettre en quatorzaine tout employé ou client présentant des symptômes ;
  • Déclencher les procédures d’isolement pour toutes les personnes ayant été en contact avec les individus potentiellement contaminés ;
  • Déployer le protocole de nettoyage et de désinfection prévu en cas de suspicion ou de contamination avérée.
  • Contacter un médecin ou, dans les cas les plus graves, appeler le Samu.

.