Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Artisans, développez votre entreprise grâce aux commandes publiques !

En 2017, la commande publique s’élevait à environ 89 milliards d’euros HT. 37,5 milliards provenaient de l’État directement (ministères, établissements publics…), le reste des collectivités locales et des hôpitaux(1). Quasiment tous les secteurs d’activité de l’artisanat (bâtiment, alimentation, service à la personne, entretien…) peuvent être concernés. Ne passez pas à côté de cette opportunité !

Master of small business with laptop and his team as sign of innovation in carpenter workshop. startup business, young specialist

Les clés pour développer le chiffre d’affaires de votre entreprise artisanale grâce aux marchés publics.
© Nadezhda - stock.adobe.com

Une commande publique, comment ça marche ?

L’ensemble des commandes publiques est régi par le système de l’appel d’offres. Il est encadré de manière très stricte par le Code des Marchés Publics (dont la nouvelle version doit être publiée en avril 2019).

En pratique, le marché public se décline sous différentes formes (la procédure négociée, le marché à procédure adaptée, la procédure formalisée), en fonction :

  • de la nature de l’achat (travaux, fourniture ou services) ;
  • de la valeur de la commande.

Les procédures de marchés publics peuvent sembler complexes et chronophages. Une perception que souhaite faire évoluer le législateur par la mise en place de différentes mesures de simplification des appels d’offres. Par exemple, depuis le 1er octobre 2018, toutes les procédures de marchés publics doivent être obligatoirement dématérialisées à partir d’un montant de 25 000 euros.

Objectif : vous aider à profiter des marchés publics, leviers de développement pour votre activité.

Á noter : en 2017, la part des PME dans les commandes publiques représentait, en nombre, 57,5 % des marchés, et 29,4 % des montants des contrats. Les collectivités territoriales étant les pourvoyeurs de contrats les plus importants(1).

Comment être alerté d’une commande publique ?

  1. Mettez-vous en veille permanente ! C’est le premier réflexe à adopter si vous souhaitez booster votre chiffre d’affaires grâce à des commandes publiques. Avec internet, plus besoin d’éplucher des dizaines de journaux d’annonces légales. Il existe plusieurs sites recensant ces appels d’offres. Payants pour la plupart (en tout cas pour les fonctions premium), ils vous permettront néanmoins de gagner un temps précieux. Pensez à paramétrer précisément les critères recherchés afin de ne pas être noyé sous les alertes inutiles. La plupart des Chambres de Métiers et de l’Artisanat proposent également des services performants sur le sujet. N’hésitez pas, par ailleurs, à consulter régulièrement le bulletin officiel des annonces des marchés publics ;
  2. En ce qui concerne les marchés sans publicité, faites connaître vos services et vos compétences aux acheteurs publics de votre territoire. Prenez contact avec eux, présentez-leur des références solides, afin qu’ils pensent à vous lors de leurs prochaines commandes ;
  3. Connectez-vous au guichet unique lancé par le gouvernement le 28 novembre 2018. Un acheteur de l’État prendra contact avec vous et analysera votre offre pour des besoins futurs.

Vous avez répertorié les appels d’offres qui vous intéressent ? Le langage ainsi que les procédures des acheteurs peuvent être parfois difficiles à s’approprier. N’hésitez pas à vous rapprocher de vos chambres de Métiers, de vos syndicats patronaux ou de vos organisations professionnelles pour une formation sur les marchés publics et leurs méthodes. Vous avez tout à y gagner !

Vous vous interrogez sur le paiement d’un marché public ?

Pouvez-vous prendre le risque de vous engager sur un marché public alors que vous disposez d’une faible trésorerie ? Rassurez-vous, la règlementation des marchés publics a été mise en place pour prendre en compte cette difficulté rencontrée par de nombreuses petites structures. Vous devez ainsi savoir que :

  • l’acheteur public doit vous payer dans un délai maximum (30 à 60 jours après réception de votre facture en fonction du type d’acheteur public) ;
  • vous pouvez bénéficier d’avances lorsque le montant du marché est supérieur à 50 000 € et que sa durée est supérieure à 2 mois (de 5 % à 30 % du montant du marché) ;
  • vous toucherez des acomptes tenant compte de la réalisation de vos obligations (versés tous les 3 mois au maximum).

Et si vous n’êtes pas payé dans les temps ? Dans cette hypothèse, l’acheteur public devra, en plus de ce qu’il vous doit, vous verser une indemnité forfaitaire de 40 € ainsi que des intérêts moratoires. Ces derniers seront calculés sur le montant de la facture non payée et pour la durée entre son exigibilité et son paiement. Le taux en vigueur en 2019 est de 8 % par an. Vous n’avez aucune démarche à accomplir (comme l’envoi d’une lettre recommandée, par exemple) pour obtenir ces intérêts et cette indemnité forfaitaire.

(1) Source : Observatoire économique de la commande publique, décembre 2018. Statistiques obtenues sur la base du recensement annuel des marchés supérieurs à 90 000€ HT.