Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

Termes comptables, comment les différencier ?

À quoi correspondent le chiffre d’affaires, la production de l’exercice ou encore les recettes ? La réponse à cette question ne relève pas forcément de l’évidence : des explications sont nécessaires. Retour sur quelques notions qui sont votre quotidien.

MMAPRO_differences-termes-comptables-897x505.jpg

Chiffre d’affaires, production de l’exercice, recettes : des termes comptables à différencier pour mieux appréhender l’activité de votre entreprise.
©goodluz / Shutterstock

Quel dirigeant d’entreprise n’a pas été confronté un jour ou l’autre à un sentiment d’incompréhension face au jargon utilisé par son comptable. « Pourquoi parler de chiffre d’affaires, de production de l’exercice ou de recettes alors que tout ça correspond à la même chose ? ». « Tout simplement parce que ce n’est pas la même chose », vous répondra le comptable. En fait, chacun de ces termes renvoie à des situations précises qu’il est nécessaire de connaître pour appréhender correctement l’activité de votre entreprise et en dégager une analyse.

Le chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires est certainement le terme le plus utilisé pour parler du volume d’activité de votre entreprise. Le chiffre d’affaires se définit comme l’ensemble de votre production vendue. En un mot, il s’agit des ventes facturées au cours de l’exercice. Le montant du chiffre d’affaires est toujours exprimé hors taxes.
Cette notion se prête bien à l’analyse d’une activité commerciale. Pour un commerçant, le produit acheté est soit en stock, s’il n’est pas vendu, soit en chiffre d’affaires, si la vente est réalisée, peu importe qu’elle soit encaissée. Dans cette configuration, le chiffre d’affaires est le reflet du niveau d’activité de son entreprise.

La production de l’exercice

Il en va différemment lorsque l’on parle d’activité de production. À la différence d’un commerçant, un artisan achète des matières premières qu’il met en œuvre. Le processus de production sera plus ou moins long selon l’ampleur du chantier. Dès lors, il apparaît que le chiffre d’affaires ne sera pas une donnée suffisante pour mesurer l’activité de l’artisan. On préférera parler de production de l’exercice. Cet indicateur prend en compte les travaux réalisés - c’est-à-dire la production vendue ou le chiffre d’affaires - ainsi que la variation des travaux en cours de réalisation.

Les recettes de l’exercice

Contrairement aux précédentes définitions, la notion de recette ne traduit pas un niveau d’activité mais le montant des encaissements réalisés par une entreprise. Parler de recettes n’est pas forcément le reflet de l’activité de l’entreprise. En premier lieu, les recettes sont exprimées Toutes Taxes Comprises, et tout professionnel le sait, la TVA n’est pas une ressource sur laquelle compter. En second lieu, les recettes sont encaissées avec un délai de règlement plus ou moins long. Pour une année donnée, une entreprise peut très bien avoir encaissé plus de recettes qu’elle n’a réalisé de chiffre d’affaires. Ces recettes peuvent être liées à des ventes réalisées sur un autre exercice et recouvrées tardivement, ou encore à des acomptes.

Des indicateurs à analyser

S’il est exact que ces termes ont chacun leurs caractéristiques, il n’en est pas moins vrai qu’une analyse combinée du chiffre d’affaires, de la production et du niveau des recettes est souvent instructive, pour ne pas dire indispensable à la compréhension du fonctionnement présent et à venir d’une entreprise. En la matière, il faut se méfier des évidences. Des différences notables peuvent exister entre la comptabilité et votre perception, souvent plus axée sur la trésorerie. Ce n’est pas parce que votre chiffre d’affaires progresse que votre activité s’améliore. Une partie des factures éditées, voire des recettes encaissées peuvent être associées à des travaux entamés sur l’exercice précédent et, pourquoi pas, masquer une baisse d’activité ou des délais de règlement qui augmentent.

De la même façon, une forte augmentation des travaux en cours peut être synonyme de croissance de l’activité, mais aussi de problèmes d’organisation - des chantiers qui prennent du retard -, un problème de sous-effectif, voire de prospection commerciale qui ne serait réalisée que ponctuellement.
N’oubliez pas : des délais de paiement qui s’allongent, des factures établies tardivement ou des relances non effectuées peuvent introduire d’importants décalages entre le chiffre d’affaires et les encaissements réalisés.
En fait, ces notions ne permettent pas seulement de quantifier un volume d’activité ou d’encaissement, elles sont le point de départ d’une analyse globale du fonctionnement de votre entreprise, de ses forces et faiblesses et de ses perspectives à court et moyen terme.

Article réalisé en partenariat avec Cerfrance

© Sepy/Fotolia
Assurance MMA Dirigeant :
Protégez votre patrimoine personnel !

Si vous êtes mandataire social, il est absolument nécessaire de vous protéger efficacement contre les risques survenant dans le cadre de vos fonctions : fautes de gestion, violation des lois, des statuts et des règlements etc.
Avec MMA Dirigeant(1), vous bénéficiez d’une équipe d’experts à votre écoute pour prévenir chaque risque, de garanties solides pour faire face aux situations délicates, et d’un accompagnement efficace pour relancer votre activité en cas de besoin.
(1) Dans les conditions, limites et exclusions de garanties fixées au contrat.