Connexion Pro

Conseils pour votre quotidien d'entrepreneur

ANI : ce que dit la loi

La loi de sécurisation de l’emploi votée en 2013 prévoyait notamment la généralisation d’une couverture complémentaire santé à l’ensemble des salariés. Au 1er janvier 2016, toutes les entreprises - à partir d’un salarié et un dirigeant – doivent proposer une complémentaire santé à leurs salariés dans le cadre d’un contrat collectif et obligatoire. Décryptage.

complementaire-sante.jpg


© Ursule/Fotolia

Une généralisation obligatoire

Depuis le 1er janvier 2016, la loi prévoit que cette couverture soit financée par l’entreprise et les salariés avec l’obligation pour l’employeur de prendre à sa charge au moins 50 % de la cotisation.

La loi prévoit que cette couverture soit financée par l’entreprise et les salariés avec l’obligation pour l’employeur de prendre à sa charge au moins 50 % de la cotisation.

Comme cela avait cours avant cette réforme, plusieurs procédures existent pour la mettre en place : en application d’une convention collective, d’un accord d’entreprise, d’un accord référendaire ou par décision unilatérale de l’employeur (DUE).

En dernier lieu, c’est toujours à vous que revient la responsabilité de la mise en conformité à la loi de votre entreprise.

MMAPRO_Infog 1_Bilan-ANI.jpg

En fonction de la situation du salarié

La généralisation de la complémentaire santé concerne l’ensemble des salariés de votre entreprise, quel que soit leur classification ou leur statut.

Vous pouvez distinguer plusieurs types de couverture, mais il vous faut absolument respecter la règle des catégories objectives définie par le droit social, si vous souhaitez bénéficier des réductions fiscales et sociales.

Tous les salariés devront obligatoirement adhérer au contrat collectif mis en place dans l’entreprise, même si quelques dispenses d’adhésion sont prévues par la loi : salariés déjà couverts par un contrat individuel, salariés couverts par ailleurs par le contrat collectif de leur conjoint…

Il est aussi important de savoir que si vous mettez en place votre complémentaire santé d’entreprise via une DUE (Décision Unilatérale de l’Entreprise), les salariés alors présents dans la société pourront librement refuser d’adhérer au contrat.

Le maintien des droits en cas de départ

Jusqu’à présent, était prévu le maintien des droits pendant neuf mois après le départ de l’entreprise en cas de rupture du contrat de travail ouvrant droit aux indemnités chômage. Ce principe de portabilité des garanties santé a été étendu à 12 mois le 1er juin 2014.

De plus, la portabilité de la garantie est gratuite pour la personne concernée quittant l’entreprise car son financement est désormais mutualisé (l’entreprise et les salariés présents la financent).

Pour les salariés partant à la retraite, ils peuvent conserver leur contrat tant qu’ils le souhaitent, mais doivent le financer en totalité du fait de l’arrêt de la participation de l’employeur.

L’agenda de mise en œuvre

Trois dates principales sont à connaître :

1er avril 2015 -> les nouvelles règles des contrats responsables définies par décret du 18 novembre 2014 sont entrées en vigueur. Tout nouveau contrat santé ou tout contrat modifié ou renouvelé après cette date doit les respecter pour bénéficier d’une taxation allégée (7% au lieu de 14%).

Les contrats collectifs en cours bénéficient cependant d’une période transitoire. Ils devront être mis en conformité à l’occasion de leur renouvellement ou à l’occasion d’une modification avant la prochaine échéance.

1er janvier 2016 -> toutes les entreprises françaises doivent proposer à leurs salariés un contrat obligatoire et collectif d’assurance complémentaire santé.

1er janvier 2018 -> fin de la période de mise en conformité aux critères des contrats responsables pour les contrats santé collectifs souscrits avant le 1er avril 2015. Si votre contrat santé collectif n’est plus considéré comme responsable, la taxe sur les conventions d’assurance n’est plus réduite et son taux est de 14%.

Le conseil MMA

Sante-Prevoyance-Collective.jpg

Si vous n’êtes pas conseillé par un professionnel, il s’avèrera difficile d’appréhender l’ensemble des aspects pris en compte par la loi : panier minimum de soins, contrat collectif obligatoire, contrat responsable, montant minimal de participation de l’entreprise, avantages fiscaux et sociaux...

Votre Agent Général MMA, premier concerné puisque lui-même dirigeant d’entreprise avec ses propres salariés, est là pour vous informer, vous accompagner et vous proposer la complémentaire santé collective adaptée à vos besoins.

Mutuelle collective d’entreprise

Voir les autres articles du dossier

ANI : un atout pour les entreprises

Depuis le 1er janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé doivent proposer à leurs salariés une complémentaire santé collective avec des garanties minimum et financer au moins la moitié des cotisations.

ANI : les cas de dispense

Depuis 2016, tout salarié d’une entreprise doit adhérer à la complémentaire santé collective proposée par son employeur. Mais la loi prévoit quelques exceptions. Décryptage.

ANI : quels salariés sont concernés ?

La généralisation de la complémentaire santé d’entreprise concerne tous les salariés, quel que soit leur statut. Mais attention à certaines spécificités. Revue de détails…

ANI : les formalités et obligations pour l’employeur

Depuis janvier 2016, chaque employeur a l’obligation de proposer une mutuelle d’entreprise à l’ensemble de ses salariés, et doit transmettre et recevoir de nombreux documents à chaque étape de la démarche. Êtes-vous en règle ? Petit rappel pour éviter d’être exposé à des recours contentieux.

ANI : les risques

Depuis le 1er janvier 2016, toutes les entreprises doivent avoir mis en place une complémentaire santé pour leurs salariés. Quelles conséquences le cas échéant ou si le contrat n’est pas conforme à la loi ?

ANI : une opportunité pour les salariés

La généralisation de la complémentaire santé depuis le 1er janvier 2016 vient bien au-delà de la répartition du coût de la complémentaire santé entre l'employeur et le salarié. MMA vous en dit plus…